équivalence

équivalence

équivalence [ ekivalɑ̃s ] n. f.
• 1361; bas lat. æquivalentia, de æquivalere
1Qualité de ce qui est équivalent. adéquation, égalité, homologie, identité. Les jacqueries « mettent en avant un principe d'équivalence, vie contre vie » (Camus).
(1864) Assimilation d'un titre, d'un diplôme à un autre. Obtenir une équivalence.
2Math. Relation d'équivalence sur un ensemble E : relation binaire sur E, réflexive, symétrique et transitive. Le parallélisme est une relation d'équivalence sur l'ensemble des droites du plan. Classes d'équivalence. Log. Opérateur d'une proposition complexe (notée <=>, ou ), par lequel cette proposition est vraie si les propositions élémentaires sont toutes deux vraies ou toutes deux fausses ( congruence, modulo). Phys. Principe de l'équivalence mécanique de la chaleur. 2. équivalent.
⊗ CONTR. Différence.

équivalence nom féminin (latin médiéval aequivalentia) Qualité de ce qui est équivalent, égalité de valeur : Équivalence de salaires. Égalité admise entre différents grades, titres ou diplômes universitaires. ● équivalence (expressions) nom féminin (latin médiéval aequivalentia) Équivalence entre deux théories formalisées, relation entre ces théories, si elles ont le même langage et les mêmes théorèmes. Équivalence logique, relation entre deux propositions p et q, exprimée par le connecteur ≡ (noté parfois ↔ ou ∼), telle que p ≡ q n'est vrai que si p et q sont tous deux vrais ou faux simultanément. Thèse d'équivalence, thèse concernant la notion de vérité et selon laquelle, pour toute proposition A, « A » est équivalent à « A » est vraie. Relation d'équivalence, relation binaire R réflexive (xRx), symétrique (xRy yRx) et transitive : (xRy et yRz) → xRz. (Une relation d'équivalence permet de déterminer des classes d'équivalence [sous-ensembles disjoints formés des éléments équivalents à l'un quelconque d'entre eux], qui forment l'ensemble quotient de l'ensemble de départ par la relation d'équivalence.) Principe d'équivalence, principe de base des théories modernes de la gravitation, selon lequel le rapport de la masse gravitationnelle à la masse inertielle est une constante universelle, généralement prise égale à 1. (En conséquence, l'effet d'un champ de gravitation est localement équivalent à une accélération.) Principe ou théorème d'équivalence, autre appellation du premier principe de la thermodynamique.

équivalence
n. f. Qualité de ce qui est équivalent.
|| Correspondance admise officiellement entre certains diplômes. Avoir l'équivalence de la licence.
|| MATH Relation d'équivalence, à la fois réflexive, symétrique et transitive.
|| PHYS Principe d'équivalence, selon lequel, lorsqu'un système qui subit une transformation cyclique n'échange avec le milieu extérieur que du travail et de la chaleur, le travail fourni (ou reçu) est égal à la quantité de chaleur reçue (ou fournie).

⇒ÉQUIVALENCE, subst. fém.
Fait d'être équivalent.
A.— [Le compl. du nom, explicité ou resté implicite, désigne des choses quantifiables que l'on compare] Fait d'être de même valeur quantitative. La loi fondamentale du commerce étant l'équivalence des produits échangés, tout ce qui détruit cette équivalence viole la loi (PROUDHON, Propriété, 1840, p. 250). Travaux d'Albert Einstein concluant à l'équivalence de la masse et de l'énergie (GOLDSCHMIDT, Avent. atom., 1962, p. 15).
Locutions
Avec équivalence (vieilli). C'est un besoin d'échanger nos produits contre d'autres produits : c'est un droit que cet échange soit fait avec équivalence (PROUDHON, Propriété, 1840p. 343).
À équivalence. Pour nourrir (...) à équivalence un bon sol, il faut par hectare 22 000 kilos de fumier de bergerie, 30 000 d'écurie, 40 000 d'étable (PESQUIDOUX, Livre raison, 1928, p. 200).
Spécialement
1. GÉOM. [Le compl. du nom désigne des figures, des volumes] Fait d'être de surface égale, de volume égal, mais non superposable. L'équivalence de deux figures géométriques se démontre géométriquement par des additions ou des soustractions d'éléments superposables (HAMELIN, Élém. princ. représ., 1907, p. 110).
2. PHYS. Équivalence (des forces). Fait que chaque forme d'énergie est équivalente à une autre forme d'énergie. Principe, théorie de l'équivalence des forces (cf. cinématique ex. 3).
B.— [Le compl. du nom, explicité ou resté implicite, désigne des choses non quantifiables que l'on compare] Fait d'être de même valeur qualitative. L'hypothèse d'une équivalence entre l'état cérébral et l'état psychologique (BERGSON, Évol. créatr., 1907, p. 182). Étudiant la situation militaire française en face de l'Allemagne, il [le général Michel] proclamait la quasi équivalence des formations actives et de réserve (JOFFRE, Mém., t. 1, 1931, p. 7) :
Si l'on commence par poser une sorte d'équivalence de tous les moments du temps ou de tous les lieux de l'espace, je ne peux pas ne pas regarder comme une question insoluble celle de savoir pourquoi mon point d'insertion est celui-ci, non celui-là.
MARCEL, Journal, 1922, p. 284.
En partic. Valeur identique officiellement admise entre les diplômes ou titres universitaires français d'origines différentes ou entre des diplômes ou titres universitaires étrangers et ceux décernés en France. Décret du 15 février 1921 relatif aux équivalences de licence en vue du doctorat (Encyclop. éduc. Fr., 1960, p. 226).
Loc. Être admis en équivalence. La liste des titres étrangers admis en équivalence de la licence ès sciences en vue du doctorat ès sciences a été fixée par l'arrêté du 6 octobre 1924 modifié (Encyclop. éduc. Fr., 1960, p. 226).
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1878 et 1932. Cf. équi-. Étymol. et Hist. Ca 1330 (G. DE DIGULEVILLE, Pélerinage vie hum., 13013 ds T.-L.). Du lat. médiév. aequivalentia « qualité, valeur égale » (1185 ds Mittellat. W.). Fréq. abs. littér. :124.

équivalence [ekivalɑ̃s] n. f.
ÉTYM. V. 1330; bas lat. equivalentia, æquivalentia, de æquivalens. → 1. Équivalent.
Qualité de ce qui est équivalent. Égalité, homologie, identité; adéquation. || L'équivalence des fortunes (→ Approximatif, cit. 5). || Équivalence de dons. || Équivalence de droits.Phys. || Principe de l'équivalence mécanique de la chaleur. 2. Équivalent.
1 L'idée d'échange ne comporte pas nécessairement l'idée de l'équivalence entre les choses échangées. Quand celle-ci apparaît, on se sert de : en dédommagement, en compensation, en représentation de, en récompense de (…)
F. Brunot, la Pensée et la Langue, p. 716.
2 Les émeutes serviles, les jacqueries (…) mettent en avant un principe d'équivalence, vie contre vie, que (…) on retrouvera toujours dans les formes les plus pures de l'esprit révolutionnaire, le terrorisme russe de 1905, par exemple.
Camus, l'Homme révolté, p. 139.
tableau Vocabulaire de la chimie.
(1864). Assimilation d'un titre, d'un diplôme (à un autre). || Accorder une équivalence à qqn. || Bureau des équivalences.Titre admis en équivalence d'un autre.
Math. || Relation d'équivalence : relation binaire, définie sur un ensemble, qui est à la fois réflexive, symétrique et transitive. || Le parallélisme sur l'ensemble des droites du plan est une relation d'équivalence, une équivalence. || Classe d'équivalence : ensemble d'éléments liés par une relation d'équivalence. Classe (II., A., 2.).Une équivalence : une relation d'équivalence.
Log. Opérateur (connectif binaire) d'une proposition complexe (symb. ≡), par lequel la proposition complexe est vraie si les propositions élémentaires sont toutes deux vraies, ou toutes deux fausses.
CONTR. Différence.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Equivalence — or equivalent may refer to: In chemistry: Equivalent (chemistry) Equivalence point Equivalent weight In computing: Turing equivalence (theory of computation) In ethics: Moral equivalence In history: The Equivalent, a sum paid from England to… …   Wikipedia

  • Equivalence — Équivalence Voir « équivalence » sur le Wiktionnaire …   Wikipédia en Français

  • Equivalence — E*quiv a*lence ([ e]*kw[i^]v [.a]*lens), n. [Cf. F. [ e]quivalence, LL. aequivalentia.] 1. The condition of being equivalent or equal; equality of worth, value, signification, or force; as, an equivalence of definitions. [1913 Webster] 2. Equal… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • equivalence — 1540s, from Fr. équivalence, from M.L. aequivalentia, from aequivalentem (see EQUIVALENT (Cf. equivalent)). Related: Equivalency (1530s) …   Etymology dictionary

  • equivalence — [ē kwiv′ə ləns, ikwiv′ə ləns] n. [Fr équivalence < ML aequivalentia] 1. the condition of being equivalent; equality of quantity, value, force, meaning, etc. 2. Chem. equality of combining capacity; the principle that different weights of… …   English World dictionary

  • Equivalence — E*quiv a*lence, v. t. To be equivalent or equal to; to counterbalance. [R.] Sir T. Browne. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • equivalence — relation …   Philosophy dictionary

  • equivalence — index analogy, balance (equality), correspondence (similarity), identity (similarity), par ( …   Law dictionary

  • equivalence — [n] sameness, similarity adequation, agreement, alikeness, compatibility, conformity, correlation, correspondence, equality, evenness, exchangeability, identity, interchangeability, interchangeableness, likeness, match, par, parallel, parity,… …   New thesaurus

  • Équivalence — Sur les autres projets Wikimedia : « Équivalence », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Le mot équivalence peut avoir plusieurs… …   Wikipédia en Français

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”